C’est l’été, vous l’aurez tous remarqué sur l’eau, la population kite est en pleine augmentation et cela ne va pas déplaire à l’industrie qui en a bien besoin. Certains seront contre, d’autre pour, chacun a son avis sur la question. Toujours est-il qu’en période estivale, les locaux sont énervés et les touristes veulent naviguer, se gaver histoire de ne pas être en manque cet hiver. On va donc vous faire un petit article, destiné aux débutants ou aux riders expérimentés rappelant les règles de navigation et nos conseils sécurité pour éviter les accidents survenus en début de saison.

Parlons assurance

Tout d’abord, la sécurité commence avant d’envisager de faire du kite en passant par la case assurance. Et oui certaines assurances ne prendront pas en charge vos frais médicaux et compagnie, il faut donc vous renseigner sur ce que l’on vous propose ou le plus simplement, et notre conseil, prenez une licence FFVL. Bas oui, c’est si simple ! Le plus sécu est de naviguer licencié car en plus de vous procurer de belles zones de kite sur les plages cet été, par l’intermédiaire des clubs qui se bougent, la FFVL propose des assurances complémentaires ce qui vous permettra de naviguer bien assuré, et c’est la moindre des choses si vous ne voulez pas payer toute votre vie pour un accident.

Votre matériel est-il toujours au top ?

Ensuite, le matériel. Vous aurez beau avoir du matos tout neuf, top sécu, 100% depower mais si vous n’y prenez pas un minimum soin, vous ne naviguerez pas top moumoute ! Un grain de sable coincé dans le largueur et c’est l’accident assuré en cas de pépin. Un simple rinçage après chaque session s’impose, de plus votre matériel vous durera plus longtemps et il ne sera pas nécessaire de le changer tous les ans.

Petit rappel pour ceux qui imaginent que ça existe, ne prenez pas attention aux slogans des marques vous disant que leur aile est 100% depower, du 90% peut être mais tant que vous êtes accroché à votre aile, le 100% depower ne peut exister.

Le vent, combien je mets aujourd’hui ?

Le vent, élément indispensable à la pratique du kite peut se retourner contre vous à n’importe quel moment et devenir votre pire ennemi. Un check complet des prévisions météo avant chaque sorties est indispensable, et on parle de vrais prévisions, pas de la météo des plages qui vous annonce un vent de 20km/h alors qu’il y a 30 nœuds. Rendez-vous sur la météo marine du site de météo France et checkez le bulletin côte qui en général est actualisé plusieurs fois par jour ou rendez-vous sur les sites spécialisés comme windfinder ou encore windguru.

Combien je mets là ? Y’a d’la rafale… La question que l’on se pose le plus souvent arrivé sur le spot. Encore une fois, ne vous fiez pas au tableau de vent sur le manuel d’emploi de la marque mais à votre propre ressenti et expérience. Le poids d’un rider par exemple peut faire varier la taille de l’aile d’un pratiquant à l’autre de plusieurs mètres carré pour un même vent. Le mieux est de se munir d’un anémomètre qui vous donnera dans un premier temps le vent qu’il y a vraiment sur le spot, après avoir checké la météo bien sûre. Si rafale il y a, préférez prendre une taille d’aile qui vous permettra d’encaisser les rafales, et pas une taille d’aile qui vous ira dans le vent moyen mais ou vous serez à la rue quand le vent sera plus fort. Si vous n’avez pas la bonne taille, et bien laissez tomber et revenez un autre jour. Il faut savoir être humble face aux éléments et reconnaître de ne pas pouvoir sortir est déjà une très bonne preuve de maturité et de sécurité.

Ha oui ! J’allais oublier la règle de base concernant le vent que tout le monde est censé connaître : vent de terre = pas de kite.

C’est quoi ces panneaux là, zone de kite ?

Grâce aux clubs et à la fédération, beaucoup de plage sur le littoral Français possèdent une zone de kite, matérialisée par un balisage. Alors au lieu de faire les kakous et d’aller rider en plein milieu de la zone de bain au risque de se prendre un PV par les sauveteurs, renseignez-vous auprès des locaux qui seront à même de vous dire si vous pouvez rider et où rider. Si le spot est saturé ou encore qu’il y a beaucoup de baigneurs sur la plage, vous pouvez aussi revenir en soirée ou encore le matin (je sais le vent ne fait pas ce que l’on veut), vous n’êtes pas obligés de rider en pleine après midi, balancer au bord de la plage pour plaire aux demoiselles qui auront plus vite peur de prendre une aile sur le coin du nez que d’apprécier vous regardez.

Y’a du monde aujourd’hui, tiens je vais me mettre là… Mauvaise idée. Si vous êtes débutant et que vous ne maitrisez pas totalement votre aile, évitez de vous mettre à l’eau en plein milieu de la zone de kite, préférez un endroit plus tranquille (toujours dans une zone mais à l’écart) ou encore une plage beaucoup moins fréquentée. Vous aurez ainsi moins peur de croiser des lignes et vous progresserez beaucoup plus vite. Dernier point qui reste tout de même important. Sur certaines plages vous pourrez observer des zones de flat (eau plate), évitez d’y mettre le bout de vos ailerons si vous débutez, vous risquerez de vous retrouver au beau milieu de jeunes freestyleurs en manque de backmobe ou de kiteloop handle pass qui vous ennuierons plus qu’autre chose et vous ne pourrez vous concentrer sur le maniement de votre aile.

Des règles de sécurité en kite, ha bon…

Quand on parle sécurité, on pense bien évidement aux règles qui régissent la navigation. Comme en voiture, le kite étant un sport dangereux, des règles de sécurité ont été instauré et vous vous devez de les apprendre et de les appliquer. Bien qu’il n’y ait pas de police du kite, vous pourrez bien vous prendre un coup de massue sur la tête si vous ne les respectez pas par un rider en colère, ou une aile.

Pour finir…

Question kite, la sécurité doit être dans toutes les têtes. Ne prenez pas garde aux annonces marketing des marques de kite, la meilleure sécurité qui puissent exister, c’est vous. Si vous voyez quelqu’un qui part au carton, hé bien mieux vaut se prendre une réflexion à la c** que de ne rien faire, c’est votre vie qui peut être mise en jeu.

Le kite est un sport dangereux qui se pratique très bien et en toute quiétude tant qu’un minimum de principes est respecté.

Pour terminer cet article, et vu que l’on ne peut être parfait, on vous met les 9 principes essentiels à respecter selon la FFVL :

1- Ne pratiquez pas dans les zones réservées à une autre activité (baignade…)
2- Dans la zone des 300 mètres ne dépassez pas les 5 nœuds (environ 9 km/h)
3- Veillez à ce que le public ne traverse pas la zone de montage, de mise en l’air des ailes et de mise à l’eau
4- Le port d’un casque et d’un gilet de flottabilité est vivement conseillé
5- Choisissez votre voile en fonction de la force du vent et de son évolution
6- Equipez votre aile d’un système de largage de la voile (leash) permettant de réduire instantanément la traction, tout en empêchant la perte de la voile
7- Tester le bon fonctionnement du système de sécurité des ailes à terre avant le départ
8- Ne pratiquez ni par vent de terre ni en cas d’orage, surveillez la météo
9- Informez-vous auprès des clubs sportifs qui proposent cette activité.

En conclusion, si tu débutes : va prendre des cours dans une école spécialisée, si tu es experts : fais attention quand même !